Rozenberg Léon

Rozenberg Léon

Né en 1920, Léon Rozenberg fit partie des Amis de l’enfance ouvrière (AEO) mouvement appelé plus couramment Faucons rouges, et patronné par le Parti socialiste SFIO. Il le quitta le 11 novembre 1936 et participa à la création de la Fédération des Pionniers rouges animée par Roger Foirier et Rodophe Prager. En février 1937, il adhéra aux Jeunesses socialistes révolutionnaires, mais n’y demeura pas longtemps, ralliant en octobre les Jeunesses communistes internationalistes. Celles-ci adhérèrent à la Jeunesse socialiste ouvrière et paysanne. Au conseil de la JSOP du 14 décembre 1937, Rozenberg fut élu membre du bureau fédéral. Il anima plus particulièrement le groupe d’agit-prop qui eut une grande activité.

Le 5 juin 1939, il fut exclu de la JSOP avec ses camarades de l’ex-JCI à la requête de Marceau Pivert pour avoir assisté le 30 mai à une réunion de sa tendance en présence de Raymond Molinier dont l’admission au PSOP venait d’être refusée. Il milita pendant la guerre dans l’organisation trotskyste clandestine du Comité communiste internationaliste, se réfugiant dans diverses localités du Midi et s’établissant finalement à Toulouse. En 1944, il y anima le groupe local du PCI unifié et fut très actif, après la Libération, dans l’action contre la guerre au Vietnam.

SOURCES DU MAITRON : La Commune, 1927-1938. — Juin 36. — La Jeune garde, décembre 1938, 5 juillet 1939. — La Vérité, 1er juillet 1939. — Témoignages divers.

R. Prager

Accès à la liste des biographies